Le référencement consiste en un ensemble de pratiques techniques, rédactionnelles et éditoriales qui a pour but de satisfaire au mieux aux critères de pertinence des moteurs de recherche. Ces critères relèvent moins de l’ésotérisme que du bon sens mais encore faut-il les connaître et surtout les appliquer.

Un géant qui fait la pluie et le beau temps

Plus besoin de vous présenter Google, le moteur de recherche le plus connu et le plus utilisé en Europe et en Amérique du Nord. Après avoir révolutionné le secteur, il est devenu le leader sur les principaux marchés, Chine exceptée. Dans les pays francophones, il reste incontournable et tout bon webmestre guettera sans cesse la position de son site sur ses pages de résultats de recherche (dans le jargon, on parle de Serp, Search engine results page).

Si l’utilisation que Google fait des données recueillies grâce aux recherches faites sur son moteur sont sujet à bien des spéculations, il faut reconnaître que les recommandations adressées aux webmasters se caractérisent par une grande transparence ; pour bien figurer, on sait ce qu’on doit faire mais aussi ce qu’on ne doit pas faire !

Comment améliorer son référencement ?

C’est simple : il faut produire du bon contenu et tâcher de l’optimiser. Qu’est-ce que du bon contenu ? C’est un contenu qui va intéresser l’internaute, lui apporter des renseignements : c’est ce qui va le faire venir sur votre page et, c’est le plus important, y rester !
Plus concrètement : il s’agit de textes pertinents, bien rédigés, bien documentés et inédits. Insistons sur ce dernier critère car, comme à l’école, on ne peut pas se contenter sur son voisin, les moteurs de recherche sont redoutables pour détecter les contrefaçons. Il est impératif de produire des contenus bien à soi, quitte à faire appel à un rédacteur.

Une solution européenne

Avez-vous entendu parler de Qwant ? De la même façon que, ailleurs sur ce site, je m’efforce de promouvoir le logiciel libre, j’aimerais vous faire découvrir – si ce n’est pas déjà fait – Qwant, une alternative européenne. Contrairement à son renommé concurrent américain, le moteur français s’attache à respecter la vie privée des internautes et à ne pas exploiter à des fins publicitaires les données récoltées au cours de son activité. Certes, sa popularité reste pour le moment marginale mais, avec la défiance de plus en plus grande du public envers les entreprises californiennes, il devient judicieux de ne plus négliger les alternatives.